La dernière semaine de campagne n'aura rien changé à l'affaire : c'est sans enthousiasme que j'irai voter dimanche pour le premier tour des élections départementales (ex-cantonales).

L'affaire Zlatan, l'attentat barbare à Tunis et l'éclipse de ce vendredi auront d'ailleurs retenu davantage notre attention, en tout cas celle des médias.

Drôle de campagne, triste campagne, avec des candidats qui, ce n'est pas leur faute, auront multiplié engagements et promesses sans encore connaître exactement leurs futures compétences. Avec des sondages nationaux plaçant un FN à 30% et donc au coeur des débats (nationaux, sur les plateaux de télé par exemple). Triste fin de campagne, marquée par des péripéties judiciaires dérisoires sur La Houillère-Nouzonville et des acrobaties politiciennes d'un autre âge, y compris de la part de nouveaux venus dans l'arène qui prétendent donner un coup de jeune à la politique...

J'irai voter quand même.

Bien que la campagne fût triste. Et dans les Ardennes, sans aucun suspense. La majorité sortante sera reconduite. Et sortira même renforcée. Laissant quelques cantons seulement à l'opposition. Cinq ou six, pas plus, a priori. La gauche s'est suicidée en se présentant divisée dans la plupart des cantons (trois binômes parfois), ce que la droite a su éviter (à deux ou trois exceptions près).

Principale inconnue, le score des binômes FN. Je l'ai déjà écrit ici, j'imagine que le FN sera au second tour dans une dizaine de cantons. Grâce à la division de la gauche essentiellement. Mais sans espoir de l'emporter. En raison de la notoriété des sortants et candidats, petits ou grands notables, en raison d'une majorité d'électeurs de gauche qui retrouveront leurs rélfexes de 2001 (en espérant qu'il en soit de même, le cas échéant, chez les électeurs de droite : sur ce point, j'aurais souhaité des prises de position plus claires des candidats de la droite et du centre. Seuls quelques-uns, et c'est leur honneur, l'ont fait. En l'espèce, il ne s'agit pas de donner des consignes de vote, a fortiori avant le premier tour. Mais d'affirmer un principe personnel : "Moi, candidat UMP ou DVD dans tel canton, j'espère être au second tour et l'emporter, mais si je devais choisir entre FN et PS ou PC, je voterais personnellement PS ou PC. Selon l'axiome qu'au premier tour on choisit, au second on élimine").

Oui, j'irai donc voter dimanche, j''apporterai ma modeste voix à un candidat non FN. Car dans les Ardennes, dans cette terre où mes aïeux ont payé de si lourds tributs le siècle dernier quand les guerres, la barbarie ou l'exil, la faim, les occupations et les sacrifices les marquèrent au fer rouge de la mémoire sanglante, dans cette terre, on doit voter. Et surtout voter contre le FN. Contre la démagogie, contre l'exclusion, contre le repli sur soi, contre la facilité qui consiste à rejeter l'Europe (même si elle doit être réformée) et en appeler à des illusions sans lendemain.

J'irai voter. Je sais pour qui, mais le scrutin est secret. Ceux qui me connaissent devinent...ballot-158828_640

 

Mon bulletin ne sera pas pro ou anti gouvernemental, il sera un bulletin de vote tout simple. Républicain.